Les Royaumes du Dessous

Serveur nwn
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Scribe



Messages : 4
Date d'inscription : 19/07/2008

MessageSujet: Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.   Lun 21 Juil - 0:39

Les Gnomes.


Travailleurs, ingénieux et d'une nature joviale, les gnomes ont peu d'ennemis. Leur race n'est pas nombreuse et pendant des siècles les gnomes ont survécu et prospéré en adoptant un profil bas. Tout en évitant d'attirer l'attention des plus grandes gens, obsédées par leurs empires et leur puissante magie, les gnomes se sont discrètement développés à travers Faerûn, par le biais de petites communautés et de villages secrets, souvent à l'insu complet de leurs voisins.
Il existe trois types de gnomes distincts sur Toril: les gnomes des profondeurs, les gnomes des forêts et les gnomes des roches. Ils partagent tous le même frêle gabarit, dépassant à peine la moitié de la taille d'un humain adulte, ainsi que les mêmes dons magiques innés et le même amour des pierres précieuses. Les furtifs gnomes des profondeurs, également connus sous le nom de svirfnebelins, ont leurs maisons dans les parties reculées de l'Outreterre. Les minuscules gnomes des forêts, qui restent petits même selon les critères gnomes, sont encore plus farouches et retranchés que les svirneblins. Les gnomes des roches demeurent la plus sociable et nombreuse des trois ethnies. Leur nature curieuse les pousse à l'extérieur de leurs villages et fortins si bien cachés, pour aller explorer ce vaste monde.


A travers Faerûn, les gnomes jouent le rôle d'intermédiaires entres les autres races et peuples. Peu de cultures comptent les gnomes parmi leurs amis, mais elles sont encore plus rares à les considérer comme des ennemis. Si les gnomes n'ont pu échapper aux grands cataclysmes et bouleversements du passé, ils sont peu à s'être mêlés aux diverses guerres, préférant adopter une attitude neutre vis-à-vis de ces choses-là. D'aucun racontent que c'est par couardise que les gnomes ne s'impliquent pas dans les violentes affaires des grandes gens. En réalité, les gnomes sont capables d'un courage et d'une obstination physique qui aurait de quoi forcer le respect de ces même grandes gens, mais ils ne se lancent pas tête baissée dans n'importe quelle bataille. Ils restent détachés vis-à-vis de ces guerres parce qu'elles sont le plus souvent motivées par des raisons qui n'intéressent que peu les gnomes, comme des soucis commerciaux et colonialistes, ou la volonté d'imposer une domination sur le monde entier.
Mais en même temps que les royaumes humains poursuivent leurs expansions ancestrales et atteignent les zones reculées qui abritent leurs communautés secrètes, certains gnomes commencent à remettre en cause leur doctrine traditionnelle de non-interférence. Il semblerait bien qu'ils n'aient aucunement l'envie de se mêler au monde cruel des grandes races, ce dernier est aujourd'hui en train de frapper à leur propre porte.

[b]
Histoire de l'espèce.


D'après les légendes gnomes, les dieux du panthéon gnome naquirent sous forme de pierres précieuses ou de filons de minerai au cœur même du monde, avant d'être mis en évidence par l'érosion naturelle des eaux souterraines. En ce sens, les dieux gnomes sont aussi vieux que le monde et en ont toujours fait partie. Le folklore gnome raconte également que les premiers gnomes furent à leur tour issus de gemmes découvertes par Garl Brilledor, le meneur du panthéon gnome. Le protecteur Vigilant trouvera une caverne close truffée d'innombrables gemmes, encastrées dans des veines de minerai précieux. Lorsque Garl se mit à polir les pierres et à souffler dessus, les joyaux s'ouvrirent comme des fleurs et libérèrent les premiers gnomes. Avant de les mener jusqu'au monde, Garl raconta une histoire drôle à son peuple ainsi découvert, leur transmettant le rire et un certain esprit espiègle. Les gnomes issus de diamants choisirent de vivre en dessous de la terre et devinrent les gnomes des roches. Ceux qui venaient d'émeraudes préférèrent habiter au beau milieu des grands arbres et donnèrent les gnomes des forêts. Quant à ceux qu'avaient engendrés les rubis, ils s'enfoncèrent au cœur de la terre et formèrent le peuple des gnomes des profondeurs.
Malheureusement, on connaît peu de choses de l'histoire ancienne des gnomes, en dehors de leurs propres légendes. D'autres peuples, comme les nains, les elfes et les humains ont fondé des empires tentaculaires et livré de vastes guerres, agrémentées de légions entières de soldats en armure d'acier et de magie terrible et cataclysmique, mais les gnomes n'ont jamais rien entrepris de la sorte. De la même manière, ils ne se sont jamais réunis dans une seule région ou affrontés les uns les autres, à l'inverse des halfelins de la Luiren. L'histoire des gnomes ne peut en aucun cas être comparée à une grande et vaste tapisserie, mais prendrait plutôt la forme d'une centaine de délicates mailles tissées çà et là sur le grand canevas de Faerûn, sans jamais se toucher les uns les autres. C’est l'histoire d'une centaine de villages, de clans et de forts qui se sont rarement trouvés impliqués dans les grands évènements tragiques des terres dans lesquelles ils se cachent.
On parle parfois des gnomes comme du Peuple Oublié, un terme qui semble juste. Peu de gnomes ont déjà honoré (ou dérangé) les conseils et les préoccupations des grands, et eux-mêmes ont une notion très vague de ce qui a pu leur arriver au cours des siècles. Tout ce qu'ils savent, c'est qu'ils ont toujours été à Faerûn et ont toujours vécu dans des endroits secrets et des forteresses cachées, mode de vie qu'ils comptent bien préserver à l'avenir.

Si-dessous les différentes ethnies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe



Messages : 4
Date d'inscription : 19/07/2008

MessageSujet: Re: Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.   Lun 21 Juil - 0:54

Les Gnomes des forets.



Si certains considèrent les gnomes des profondeurs comme le "mouton noir" de la famille gnome (un titre qui conviendrait mieux aux spriggans), on peut considérer que les gnomes des forêts constituent le cousin timide. Ils sont si retirés que bien souvent les grandes gens croient les découvrir alors que les gnomes des forêts habitent dans les parages depuis plusieurs siècles. Ils sont si discrets et excessivement farouches qu'ils cherchent à éviter tout contact avec les autres à moins qu'une nécessité absolue ne leur fasse briser le silence.
Tandis que les gnomes des roches sont affables et loquaces, les gnomes des profondeurs peu avenants et plus qu'introvertis, les gnomes des forêts sont
pratiquement invisibles, demeurant ceux que personne ne remarque. Ils font preuve d'un profond amour pour la nature, en particulier les forêts profondes et sereines, loin de la civilisation et des demeures des autres peuples. C'est pour cela que de nombreuses personnes, y compris d'autres gnomes, n'ont jamais vu le moindre gnome des forêts.
La plupart d'entre eux sont extrêmement secrets et préfèrent que les autres peuples les laissent en paix. Lorsqu'ils sont livrés à eux même, ils se montrent un peu moins réservés. Ils se voient comme les gardiens des forêts qui les accueillent, et la seule manière efficace de provoquer une attaque de gnomes des forêts consiste à s'en prendre directement à leurs bois adorés.
Les gnomes des forêts sont les plus petits des gnomes, ne mesurant en moyenne qu'entre 60 et 75 centimètres de haut. Les plus grands d'entre eux ne mesurent jamais plus de 90 centimètres. Leur poids varie généralement de 12 à 15 kilogrammes. A l'inverse de leurs cousins, ils portent long leurs cheveux et leurs barbes qui, une fois déliés, descendent souvent jusqu'aux pieds. Les hommes arrangent leur barbe en pointe ou les font remonter en forme de cornes encadrant leur visage. Leur peau à la teinte de l'écorce et leurs yeux sont généralement marron ou bleus. Leur chevelure est brune ou noire virant au gris ou au blond avec l'âge.
Les gnomes des forêts vivent en moyenne 400 ans, mais certains peuvent résister sensiblement plus longtemps.


Histoire.



L'impact des gnomes des forêts sur l'histoire de Faerûn est encore plus que négligeable que celui des gnomes de profondeurs ou des gnomes des roches. Il y a de fortes chances qu'ils aient gardé plusieurs forêts à l'abri de l'exploitation sans discernement pendant des siècles, mais leurs efforts sont rarement reconnus puisqu'on les aperçoit très peu voire jamais. Entre eux, ils désignent les années en fonction des évènements importants, bons ou mauvais, qui sont intervenus dans leurs villages ou les forêts qu'ils habitent, mais ces détails paraissent souvent insignifiants aux yeux des étrangers.

Vision du monde.


La majorité des gnomes des forêts aimerait qu'on la laisse tranquille pour jouir de la beauté de la forêt qu'elle habite. Ces gnomes ne sont pas particulièrement méfiants à l'égard des étrangers à leurs villages, pas plus qu'ils ne haïssent ceux qui traitent les bois respectueusement. C'est seulement qu'ils ne voient pas en quoi eux-mêmes ou leur mode de vie si simple pourraient intéresser ces gens.
La plupart des gnomes des forêts rencontrés en dehors de leurs terres sont bardes, mais les illusionnistes, les prêtres et les druides se montrent également parfois, en période de détresse. Les illusionnistes participent à dissimuler les gnomes, leurs foyers et leurs agissements vis-à-vis du monde extérieur. Les prêtres et les druides prennent soin des forêts qui abritent leur peuple, ce qu'ils font de toute leur énergie.
La plupart des gnomes des forêts ne voient pas de raison de quitter les leurs, mais ils n'ont parfois pas le choix. Leurs aventuriers peuvent être en quête d'une solution à un problème qui mine leur tribu ou chercher à en apprendre davantage sur la région qui les entoure, de manière à pouvoir faire face à des menaces sur lesquelles ils ne sauraient rien sans cela.


Société des gnomes des forêts.



La vie des gnomes des forêts est idyllique. Ils ne se nourrissent que ce qu'ils peuvent récolter, essentiellement des fruits, des noisettes et des baies et, rarement, un peu de viande. Les communautés des gnomes des forêts sont souvent constituées de moins de 100 membres et peuvent être réduites à une simple famille. Les demeures que l'on trouve dans ces hameaux sont souvent sculptées dans les troncs de magnifiques arbres en bois dur, d'une facture si habile que la plupart des gens de remarqueront même pas que l'arbre est habité (test de Survie DD20 pour repérer la résidence gnome). Ce sont les druides de ce peuple qui ont appris il y a bien longtemps à façonner de tels foyers sans nuire aux arbres. Ces habitats sont souvent séparés de plusieurs dizaines, voire de plusieurs centaines de mètres, ce qui confère à chaque famille toute l'intimité souhaitée. Les intérieurs en sont faits de petites pièces superposées les unes aux autres, jointes par des trappes et des échelles. Chaque pièce dispose d'un plafond d'environ 1, 20m de haut, ce qui rend les visites incommodes pour les grandes gens, à moins d'un apport magique. La plupart de ces pièces cylindriques disposent de fenêtres qui laissent rentrer le soleil, mais qui restent cependant tellement bien dissimulées qu'il est pratiquement impossible de les distinguer depuis l'extérieur.
La communauté se réunit normalement dans des chambres souterraines, généralement creusées dans le sol et consolidées par des pierres et des poutres. Chaque foyer du hameau est connecté à la chambre en question par le biais d'un étroit tunnel juste assez large pour permettre à un gnome des forêts adultes de s'y glisser.
La plupart des gnomes des forêts passent leurs journées à soigner la forêt et récolter de la nourriture. Quelques-uns cherchent des pierres précieuses sous le sol (ils raffolent avant tout des émeraudes), tandis que d'autres confectionnent des bijoux d'une incroyable qualité. Les motifs que l'on trouve dans leurs joyaux évoquent invariablement leur patrie forestière, on reconnaît ainsi toutes sortes de fleurs, d'arbres, d'animaux régionaux et autres symboles similaires.
On laisse faire aux enfants ce qu'ils veulent. Le plus souvent, ils jouent à longueur de journée à portée de leurs parents, observant comment leurs aînés traitent la nature dans laquelle ils vivent. Ainsi, les enfants apprennent à se comporter en suivant l'exemple, ce qui les amène à vouer une paisible adoration presque religieuse à la vie fourmillante des forêts que les encadrent. Les gnomes des forêts respectent leurs aînés, et le doyen de la communauté est souvent la personne qui en a la charge quel que soit son sexe. Leur vie comporte peu d'aspects politiques, le ou la chef de la tribu se contentant d'officier la plupart du temps en tant que sage conseiller. Pour le reste, les gnomes des forêts agissent comme un seul homme dès qu'un consensus ressort sur le bon déroulement des choses.
Quand on les trouve hors de leurs forêts, ces gnomes sont souvent solitaires. S'ils sont deux ou plus, ils restent à l'écart des autres et chuchotent entre eux au moindre évènement. Dans ces circonstances, le plus âgé de la bande est considéré d'office comme le porte-parole.

Langage et écriture & Savoir et magie des gnomes des forêts.



Les gnomes des forêts parlent le commun, le gnome et le sylvestre. S'ils optent pour une langue supplémentaire, il s'agit souvent de l'elfique, mais ce peut aussi bien être le halfelin, le sylvanien ou la langue humaine de la région environnante. Les gnomes des profondeurs qui se battent pour protéger les leurs apprennent généralement aussi des rudiments de draconien, de gobelin ou d'orque, de manière à pouvoir s'entretenir avec leurs assaillants et, si possible, les espionner.
Les gnomes des forêts bénéficient d'un pouvoir spécial qui leur permet de communiquer avec les animaux à volonté. Ils en font bon usage puisqu'ils convainquent les animaux de la forêt de surveiller les intrus et de les prévenir en cas de problème dans les bois.
Tous les personnages gnomes des forêts savent lire et écrire, à l'exception des barbares. Il est d'ailleurs aussi fréquent de croiser un barbare issu de ce peuple qu'un paladin gobelin.
Comme tous les magiciens gnomes, ceux des forêts préfèrent l'illusion à toutes les autres écoles de magie. Ils restent un peuple retranché qui cherche à camoufler son existence tout comme celle de ses demeures par le biais des sorts de cette école. Si quelqu'un vient à approcher, les illusionnistes gnomes des forêts recourent souvent à d'autres illusions pour détourner l'intrus et l'attirer loin de la communauté. Lorsqu'un gnome des forêts a besoin de parler avec des étrangers, il se déguise généralement, toujours par cette entremise magique, en un membre de la propre race de ces interlocuteurs, ce qui semble le meilleur moyen de ne pas attirer l'attention sur la proximité de ses congénères.
Les prêtres sont plus importants pour les gnomes des forêts qu'ils ne le sont au sein des autres sous-races. Ils restent des lanceurs de sorts à la puissance décisive pour entretenir la forêt qui abrite les villages. Ils offrent également souvent de soigner les animaux, en particulier ceux qui ont été blessés par une flèche ou un piège de chasse.
Les gnomes des forêts ont aussi un talent naturel pour l'activité de druide. Leur caractère solitaire et leur grand respect pour la nature se marient très bien avec les traditions druidiques. Néanmoins, peu d'entre eux se montrent suffisamment extravertis pour se joindre à l'univers des druides. Ceux qui franchissent ce pas réalisent que leur effort n'était pas vain, car ils se retrouvent encore plus efficaces dans la protection de leurs terres forestières qu'ils ne l'étaient déjà.

Sort et pratique de la Magie.
Presque tous les gnomes des profondeurs jeteurs de sorts sont bardes, illusionnistes, prêtres ou druides. Leur magie a tendance à leur ressembler: discrète mais décisive en tâche de fond. C'est pourquoi ils préfèrent les sorts utilitaires de longue durée, laissant les illusions plus spectaculaires à leurs cousins les gnomes des roches.
Tradition magique. Les gnomes des forêts trouvent les sorts de fantasme particulièrement utiles et prennent ainsi fréquemment le don Maître des fantasmes gnome des forêts.


Religion.


Les gnomes des forêts sont les plus pieux de tous les gnomes. Leur adoration pour la nature qui les entoure s'est très facilement transformée en une vénération pour les dieux qui l'on crée toute entière. Leurs prêtres démarrent toujours les réunions des leurs par une bénédiction sacrée. C'est souvent un tel prêtre qui demeure le véritable lien entre les membres éloignés de la communauté.
Baervan Ermiterrant est la divinité tutélaire de la plupart des gnomes des forêts. Comme son nom le suggère, il s'agit d'un dieu qui est davantage à son aise dans les endroits isolés où les gnomes des forêts ont élu domicile. Il les a personnellement chargés de la préservation de ces terres vierges et les gnomes des forêts lui vouent une gratitude éternelle pour cette simple raison. C'est un fardeau qu'ils portent avec joie. Les prêtres de Baervan conseillent fréquemment les leurs quant à la bonne gestion et l'intendance de la forêt.
Le culte de Segojan Hanteterre est aussi suivi assidûment chez les gnomes des forêts. Segokan leur enseigna le respect immortel pour leurs plus proches amis, les animaux, avec qui ils partagent la forêt. De nombreux hommes d'armes de ce petit peuple portent des armures recouvertes d'herbe et de racines, pour signifier leur révérence envers le Seigneur du Terrier.
Dans l'esprit des gnomes des forêts, Urdlen représente la grande inconnue, soit tout ce qui se trouve au-dessus, autour et même en dessous de leurs forêts. En d'autres termes, ce dont ils ont le plus peur. Pourtant, lorsque le soleil illumine la forêt, Urdlen et les craintes qui l'accompagnent paraissent bien loin. Le dieu semble apprécier le travail fourni par les gnomes des forêts, car il s'y présente rarement.


Relation avec les autres race.



On ne peut pas dire que les gnomes des forêts n'ont aucune chance de s'entendre avec les autres races. Simplement, ils les évitent tellement qu'ils ne se donnent pas beaucoup d'occasion d'avoir le moindre contact avec eux. Lorsqu'ils rencontrent des étrangers affables et respectueux, les gnomes des forêts peuvent alors laisser de côté leurs réticences et se montrer sous un autre jour, quoique timidement. Si on leur en donne la chance, ils peuvent se révéler les plus fidèles des amis.
Les gnomes des forêts qui ont eu affaire à des étrangers préfèrent les gnomes des roches, les elfes, en particulier les elfes des bois et les elfes sauvages, et les halfelins (surtout les sagespectres) à tous les autres. Ceci est essentiellement dû au respect pour la nature que ces races partagent avec les gnomes des forêts.
Quand aux autres races de personnage de base, les gnomes des forêts ne les connaissent pas ou s'en fichent royalement. En revanche leur haine à l'égard des orques, des kobolds et des hommes-lézards est des plus tenaces, et tient de la manière dont ces races maltraitent la forêt et la nature en général. Ils sont également plutôt méfiants vis-à-vis des hommes, car les bûcherons, les braconniers et les chasseurs humains ont fait du tort à plus d'une forêt, malgré les efforts de ces gnomes.


Traits raciaux.



Taille et poids:

Homme Femme
Taille de base: 60 cm 60 cm
Modificateur de taille: +2d12 cm +2d12 cm
Poids de base: 12kg 10kg
Modificateur de poids: x1/5kg x1/5kg


Effets du vieillissement:

Age mûr 150 ans
Grand âge 225 ans
Age vénérable 300 ans
Age maximal +4d100 ans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe



Messages : 4
Date d'inscription : 19/07/2008

MessageSujet: Re: Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.   Lun 21 Juil - 1:07

Les gnomes des profondeurs (svirfneblins).



Les gnomes des profondeurs pourraient représenter le "mouton noir" de la famille gnome. De nombreux habitants de la surface mettent les gnomes des profondeurs dans le même sac que leurs maléfiques voisins que sont les drows et les duergars, estimant qu'ils ne sont rien de plus que les sombres reflets des affables gnomes des roches, plus familiers. Dans la réalité, les svirfnebelins ont le même grand cœur que leurs plus lumineux cousins. Malheureusement, après des siècles d'exposition aux dangers quotidiens de la vie dans l'Outreterre, ils sont devenus méfiants à l'égard des étrangers, ce qui est bien compréhensible.
Par comparaison à leurs parents plus communs, les gnomes des roches, ceux des profondeurs semblent aussi gris et froids que les cavernes souterraines dans lesquelles ils ont choisi d'élire domicile. S'ils restent entre eux, c'est par simple peur des étrangers, un sentiment issu de leurs nombreuses expériences désastreuses dans ce domaine. Aux yeux d'un gnome des profondeurs, les seules personnes à qui l'ont peut faire confiance restent les autres gnomes du village, et plutôt ceux de sa famille. Il vaut mieux éviter tout le reste.
En présence d'inconnus, la plupart des gnomes des profondeurs se montrent excessivement renfrognés, farouches et méfiants. Mais quand ils se retrouvent entre eux, ils sont très bien disposés et respectueux les uns des autres. Peu de personnes extérieures à une communauté svirfnebeline ont été témoins de cet aspect agréable des gnomes des profondeurs. De leur côté, ces gnomes seraient mortifiés de se rendre compte que des étrangers les observent, et trouveraient particulièrement grossière une personne qui les épierait de la sorte, même en les regardant en face.
Les gnomes des profondeurs sont noueux et couverts de callosités, ne présentant presque aucune graisse sur leur corps nerveux. Leur peau est de la couleur des roches au milieu desquelles ils vivent, ce qui donne presque l'impression qu'ils en sont directement issus. Leurs yeux sont gris foncé, pratiquement noirs, et leur chevelure est de la même couleur, si ce n'est qu'elle n'est visible que chez les femmes, les hommes étant totalement chauves et imberbes. Les gnomes des profondeurs vivent peu longtemps pour des gnomes et atteignent l'âge adulte vers 20 ans.
A l'image de leurs vies, les svirfnebelins sont courts et rugueux. Ils mesurent en moyenne entre 90cm et 1, 05 mètre. Ils sont plus minces que leurs cousins de la surface, mais pèsent le même poids, en raison de leurs muscles plus denses. Ils ne sont en fait que muscles nerveux et os de roc.


Histoire.



Si les gnomes n'ont que faire des archives historiques, préférant vivre le moment présent, les gnomes des profondeurs sont les pires de tous. Ils ne disposent pas d'un calendrier digne de ce nom, ni d'une quelconque méthode pour compter les jours. Leur mode de vie à l'abri de la lumière du soleil fait du concept de nuit et de jour une idée qui leur reste étrangère. Des douzaines de cités svirfnebelines sont disséminées à travers l'Outreterre de Faerûn et d'autres douzaines encore ont certainement émergé avant d'être abandonnées au fil des années, mais de toutes ces communautés et retraites, une seule reste présente à l'esprit de ceux qui sont étrangers aux gnomes des profondeurs: Blingdenpierre.
Cette cité fut fondée en -690 CV par plusieurs clans de gnomes des profondeurs qui fuyaient vers l'ouest la région de l'Outreterre que surplombait Nétheril, tombé aux mains des terrifiants phaerimms. En dépit de la proximité d'une puissante cité drow (Menzoberranzan) et d'une non moins considérable métropole duergar (Gracklstugh), les gnomes des profondeurs établirent la leur en ces lieux, en raison des filons juteux d'arandur et d'autres minerais et métaux exotiques qui y foisonnaient. Pendant presque deux milles ans, les gnomes des profondeurs perpétuèrent le travail de la mine et de la forge, réussissant à éviter leurs malveillants voisins tout en renforçant les défenses de Blingdenpierre, en attendant le jour où leurs ennemis se présenteraient à leurs portes.
Ce jour survint effectivement en 1338 CV, bien que ni le roi Schnicktick ni la reine Fricknarti n'eût pu prévoir de quelle manière il se présenta. Drizzt Do'Urden, un noble drow renégat, arriva aux portes de Blingdenpierre après des années d'exil dans l'Outreterre, et les gnomes des profondeurs lui offrirent un refuge. Bien que Drizzt ne restât que peu de temps au sein des gnomes des profondeurs, les répercussions de son exil portèrent finalement les drows à lancer un assaut de grande envergure sur la citadelle naine de Castelmithral en 1358 CV. La route suivie par les envahisseurs passait à proximité de Blingdenpierre et les gnomes préférèrent abandonner leur cité. Une fois les colonnes drow passés, Belwar Dissengulp et d'autres protecteurs svirfnebelins persuadèrent le roi Schnicktick de joindre leurs forces à celle des défenseurs de Castelmisthral. Les gnomes des profondeurs et leurs alliés infligèrent une magnifique défaite à Menzoberranzan au niveau de vallée du gardien, et les Menzoberranyrs ne devaient ensuite jamais oublier la contribution des svirfnebelins à leur humiliation.
En Marpenoth de l'an 1370 CV, les mères matrones de Menzoberrannzan exigèrent réparation. Elles invoquèrent des douzaines de puissants démons et bébiliths, et envoyèrent cette vague meurtrière de fiélons envahir Blingdenpierre. Des milliers de gnomes périrent lors de la chute de la cité, et au moins autant furent faits prisonniers par les esclavagistes drows qui attendaient aux portes de la ville. Un petit nombre de gnomes des profondeurs réussit à s'évader vers castelmisthral et Lunargent, qui les accueillirent en réfugiés. Expulsés de leurs demeures ancestrales, ces svirfnebelins reçurent un accueil chaleureux de la part de leurs alliés d'antan, mais les chances de pouvoir retourner chez eux sont loin d'être encourageantes.


Vision du monde.



Austères et cyniques, les gnomes des profondeurs sont résignés à accepter le sort que la vie leur a réservé. Ils passent leurs journées à gratter les passages souterrains à proximité de leurs foyers pour pouvoir subsister. Les hommes creusent surtout pour trouver des pierres précieuses, tandis que les femmes, que l'on a rarement l'occasion de voir à l'extérieur des villages, récupèrent de la nourriture, s'occupent des enfants et entretiennent les maisons. Peu d'entre eux aspirent à autre chose que mener leur existence en paix en se contentant de faire leur travail du mieux possible.
Les svirfnebelins ne voient pratiquement pas, voire jamais, la lumière de toute leur vie. Pour ne pas se faire repérer par les habitants de l'Outreterre, ils évitent autant que possible de faire du feu pour cuisiner ou chauffer. Ils comptent plutôt sur leur vision dans le noir qui ne leur propose qu'une vision en nuances de gris du monde. Les gnomes des profondeurs ne vivent que pour leur amour inconsidéré des pierres précieuses, et ce, dans les ténèbres éternelles. La plupart des hommes passent la quasi-totalité de leur existence à tenter d'extirper ces gemmes de la terre, les rubis demeurant sans conteste leurs pierres favorites.
Les étrangers considèrent les gnomes des profondeurs comme irrémédiablement moroses et méfiants. Si tout cela n'est pas complètement faux, il ne s'agit que des conséquences directes des techniques de survie qu'ils ont dû adopter pour pouvoir affronter leur environnement cruel et impitoyable. Des sons de toutes sorts (en particulier des voix) résonnent étrangement dans l'Outreterre et ont tendance à attirer les visiteurs. D'après leur expérience, la plupart des gnomes des profondeurs savent que ces étrangers ont des intentions des plus malveillantes, c'est pourquoi lorsqu'un svirfnebelin en rencontre un qui est réellement disposé, les gnome reste trop suspicieux pour ne serait-ce qu'envisager de réagir aussi aimablement que son interlocuteur. Il pourra finir par se montrer chaleureux vis-à-vis d'un svirfnebelin d'une autre ville, mais cela prendra tout de même du temps.
Si les gnomes des profondeurs aventuriers restent rares, certains d'entre eux peuvent succomber à la curiosité gnome à l'égard du monde qui s'étend au-delà des cavernes et des puits miniers de leur quotidien. ceci s'avère particulièrement pertinent pour ce qui est des gnomes des profondeurs illusionnistes qui désirent ardemment en apprendre davantage sur la nature de leur école de magie préférée, mais qui manquent sévèrement d'enseignement depuis leurs villages reculés. Les chercheurs de minerais svirfnebelins se rencontrent également de temps en temps dans l'Outreterre, loin de leurs demeures, en quête de nouveaux filons qu'ils espèrent truffés de leurs rubis adorés.


Société des gnomes des profondeurs.



Les gnomes des profondeurs établissent leurs communautés dans les souterrains parmi les plus enfoncés de Toril. Le cœur d'une cité correspond généralement à une unique et vaste caverne à laquelle se rattache toutes sortes d'autres grottes, de chambres et même d'édifices par un système complexe d'étroits couloirs et d'escaliers en colimaçon. Lors de la création d'une ville, ce sont en général les membres de plus haut rang du clan qui récupèrent les plus grandes stalagmites de la caverne pour y sculpter leurs demeures. En revanche, la plupart des autres svirfnebelins doivent se contenter des murs et du sol de la grotte pour y creuser leur foyer.
Comparées aux autres communautés gnomes, les villes de ceux des profondeurs paraissent grandes, totalisant habituellement environ mille habitants. Il n'en reste pas moins que ces endroits demeurent bien plus isolés que les plus retranchées des villes gnomes de la surface. La plupart des svirfnebelins n'iront même pas jusqu'à une autre ville de leur peuple au cours de leur vie et presque aucun ne verra la lumière du jour. En raison de la situation relativement bondée de leurs villes, les familles svirfnebelins s'entassent généralement entières dans une seule et même pièce. Les enfants restent souvent dans le giron de la famille jusqu'au mariage, moment à partir duquel ils se doivent de trouver ou de construire leur propre demeure.
Les gnomes des profondeurs chérissent particulièrement leurs enfants. Il est rare qu'une famille dispose de plus de six enfants et la plupart en ont moins de quatre. Les mères vouent un amour sans bornes à leur jeune progéniture. Mais dès qu'ils sont adolescents, les gnomes sont mis en apprentissage du métier qu'ils comptent exercer une fois adultes. Les gnomes des profondeurs ne célèbrent pas le passage à l'âge adulte de la même manière que leurs cousins sous les cieux. Ils savent simplement qu'ils ont atteint ce statut le jour où ils commencent vraiment à travailler comme des adultes responsables.
La grande majorité des hommes svirfnebelins exerce au sein des opérations minières de leur ville, extirpant les pierres et les métaux précieux de la terre. Les autres, pour la plupart, passent leurs journées à traiter et raffiner la matière brute que les précédents ont tirée de la grotte. A l'opposé, les femmes svirfnebelines passent leur temps à trouver et préparer la nourriture, à élever les enfants et entretenir le foyer. La répartition des tâches est des plus strictes en fonction du sexe du gnome, et il est rare qu'elle ne soit pas respectée: les femmes règnent au foyer, les hommes en dehors. La plupart des gnomes des profondeurs travaillent jusqu'à tomber raides morts à la tâche. Le concept de retraite n'existe pas dans la société des svirfnebelins. Ceux qui en sont capables se doivent de participer autant qu'ils le peuvent car un gnome des profondeurs ne peut souhaiter représenter un fardeau pour sa famille ou sa communauté.
Toujours selon le même principe de parité hommes-femmes, chaque ville svirfnebeline est gouvernée à la fois par un roi et une reine, qui bénéficient chacun à vie de ce statut. Le roi supervise les opérations minières de la communauté en même temps qu'il est responsable de la sécurité de la ville. La reine s'assure de son côté que les réserves de nourriture et d'eau sont suffisantes et s'occupe des activités quotidiennes de la ville. Chacun des deux souverains règne en maître absolu sur sa sphère, même s'il reste à l'écoute des conseils avisés de son homologue. Il est rare qu'ils se marient (du moins entre eux). Quand l'un des deux monarques vient à mourir, l'autre désigne un successeur en décidant d'un concours dans lequel peuvent entrer tous les membres éligibles de la communauté. L'éligibilité dépend généralement du sexe et du rang. Le vainqueur du concours devient alors le nouveau monarque.
Les produits de base de l'alimentation des gnomes de profondeurs comprennent un certain nombre de champignons divers que l'on trouve ou que l'on peut cultiver dans l'Outreterre. A cela, ils ajoutent parfois du poisson aveugle ou, de temps en temps, du rothé des profondeurs, de la chèvre ou du mouton. Les svirfnebelins ne font pas souvent cuire leur nourriture, préférant la conserver en recourant aux vertus du sel. Leur nourriture est d'ailleurs trop salée pour pouvoir être supportée par la plupart des étrangers/
En dehors de l'eau, les svirfnebelins boivent une liqueur enivrante et saumâtre à base de poisson fermenté, qui demande une certaine adaptation avant de s'apprécier pleinement pour employer un euphémisme. Pour certaines occasions, ils boivent un vin appelé Gogondy, dont on dit qu'il contient de la poudre de rubis (en plus d'autres ingrédients mystérieux).
Il n'y a que deux jours fériés qui soient célébrés par tous les gnomes des profondeurs, chacun en l'honneur de Callarduran Doucemains, leur dieu attitré. Le festival du Rubis rend hommage à l'époque mythique où Callarduran cachait des rubis et d'autres gemmes dans la terre pour que les gnomes des profondeurs les cherchent ensuite. On considère qu'il s'agit d'un jour particulièrement propice à la quête de pierres précieuses. Le festival de l'Etoile célèbre la protection continuelle que les Frères des profondeurs offrent aux svirfnebelins. Les gnomes des profondeurs marquent ce jour sacré en se réunissant au bord d'un lac ou d'un bassin souterrain pour admirer de petites plaques de champignons phosphorescents spécialement cultivés dans la voûte de la grotte pour illuminer comme des étoiles, ce qui crée l'illusion d'un ciel nocturne qui se reflète dans les eaux. Cette cérémonie est là pour rappeler les liens ancestraux des gnomes des profondeurs avec le monde de la surface, et pour les rassurer sur le fait qu'ils n'ont pas été abandonnés dans les entrailles de ce monde.


(Suite plus bas ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe



Messages : 4
Date d'inscription : 19/07/2008

MessageSujet: Re: Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.   Lun 21 Juil - 1:08

(Suite et Fin ...)


Langage et écriture & Savoir et magie des gnomes des profondeurs.



Les svirfnebelins parlent le gnome, le commun des Profondeurs et la langue qui est pratiquée à la surface au-dessus de leur territoire. Ceux qui ont affaire avec des étrangers apprennent généralement les rudiments du commun. Sûrement influencés par la nature de leurs proches voisins de l'Outreterre, il n'est pas rare que les plus linguistes des gnomes des profondeurs s'initient aussi au draconien, au nain, à l'elfique, à l'illuskan ou au terreux.
Tous les personnages gnomes des profondeurs savent lire et écrire, à l'exception des barbares.
L'illusion est la forme de magie préférée de tous les gnomes, mais dans le cas des svirfnebelins, elle est essentielles à la survie. Les connaissances des gnomes des profondeurs en la matière ne se limitent pas aux simples sorts d'invisibilité. Les forages répétés dans les crevasses de la terre ont dévoilé de nombreuses créatures étranges et des brides de savoir perdu issues d'anciens empires. Les gnomes des profondeurs conservent précieusement les objets magiques puissants, les grimoires et autres reliques des temps de jadis, même s'ils n'en saisissement pas toutes les subtilités d'utilisation

Sorts et pratique de la magie.
Les gnomes des profondeurs deviennent illusionnistes bien plus souvent que n'importe quelle autre classe Ils apprécient également les sorts de divination qui leur servent à dénicher les matériaux qu'ils recherchent sous la surface de la planète, et les invocations, qui leur amène des élémentaires de la Terre pour les assister.
Tradition magique. De toute évidence, les gnomes des profondeurs sont pour la plupart illusionnistes. Même ceux qui ne se spécialisent pas dans l'école d'Illusion prennent parfois le don Maître des chimères svirfnebelin, tout comme les prêtres et les autres jeteurs de sorts non-spécialistes.

Religion.



Bien que l'on ne puisse dire que les gnomes des profondeurs de Toril soient particulièrement pieux, ils ont quand même un panthéon complet de divinités, qu'ils partagent avec les autres gnomes. Les prêtres svirfnebelins évoluent au milieu des mineurs et des mères et ont pour rôle de stimuler les esprits de toute la communauté. Quand ils estiment que le temps est venu, ils déclarent un jour férié en l'honneur du dieu qui leur semble le plus approprié.
Callarduran Doucemains, le Maître de la Pierre, est le plus adoré des dieux chez les gnomes des profondeurs, dont la plupart passent la totalité de leur vie d'adulte à travailler dans les mines de leur ville. Callarduran apprit aux svirfnebelins à convoquer et se lier avec les élémentaires de la Terre. De nombreux artisans gnomes des profondeurs incrustent l'insigne en étoile de Callarduran dans les bijoux et les ouvrages qu'ils confectionnent. Ils font cependant bien attention de ne pas associer cette symbolique aux anneaux d'or, car ce privilège est réservé au dieu lui-même.
Bien qu'il reste le patriarche du panthéon gnome, peu de svirfnebelins sont attirée par le culte de Garl Brilledor. Le caractère brillant et radieux de Garl ne leur paraît tout simplement pas approprié. Certains gnomes des profondeurs estiment même que Garl les a abandonnés au profit de leurs cousins plus gais. Les svirfnebelins se sentent plus proches de Segojan Hanteterre, aimé de tous ceux qui ont des animaux familiers ou qui travaillent assistés de leurs animaux domestiques (ces gnomes étant, bien entendu, le plus souvent es femmes). Les rares gnomes des profondeurs rôdeurs trouvent aussi généralement à leur goût les affinités de ce dieu avec la nature.
Aucun gnome n'a d'affection pour Urdlen, mais ce dernier effraie particulièrement les svirfnebelins. On raconte souvent aux jeunes gnomes des profondeurs, pour les garder dans le droit chemin, des histoires où Urdlen, selon son habitude, attaque les svirfnebelins trop avides juste au moment où ils allaient mettre la main sur la pierre la plus précieuse que l'on n'ait jamais vue. Ces allégories sont aussi là pour rappeler aux gnomes des profondeurs que la mort frappe souvent dans l'Outreterre, sans prévenir et à la vitesse de l'éclair. Seule une vigilance de tous les instants peut avoir le moindre effet contre ces menaces, c'est pourquoi Urdlen, parce qu'il les pousse finalement à maintenir cet état d'alerte permanent, a forcé le respect des gnomes des profondeurs.


Relation avec les autres races.



Isolés et méfiants comme ils sont, les gnomes des profondeurs ont du mal à s'entendre avec les autres races. S'ils étaient obligés de choisir un peuple auprès de qui vivre (les réponses du genre "d'autres svirfnebelins" ou "aucun" étant exclues), ils pencheraient certainement pour les gnomes des forêts, puis les gnomes des roches. Au-delà de ceux-ci, ils pourraient peut être aussi s'accommoder de nains d'or ou d'écu, voire d'un ou deux elfes.
Les svirfnebelins n'éprouvent pas de sentiment particulier à l'égard des autres races classiques de personnage, si ce n'est une vague aversion générale. En revanche, leur haine vis-à-vis des drows et des duergars reste constante et profonde. Ces deux races, avec qui ils partagent l'Outreterre, ont toujours été plus qu'une épine dans le pied pour ce peuple qui préférait qu'on le laisse en paix. Par ailleurs, les tendances maléfiques de ces deux ethnies ont amené de nombreux habitants de la surface à penser que tous ceux qui vivent dans l'Outreterre incarnent le Mal, un préjugé qui accable souvent les gnomes des profondeurs lorsqu'ils rencontrent un tel ignorant de la surface.


Traits raciaux.



Taille et poids:
Homme Femme
Taille de base: 90 cm 85 cm
Modificateur de taille: +5d4 cm +5d4 cm
Poids de base: 20kg 17kg
Modificateur de poids: x(1d5)/5kg x(1d5)/5kg

Effets du vieillissement:
Age mûr 80 ans
Grand âge 120 ans
Age vénérable 160 ans
Age maximal +2d100 ans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Gnomes ; Généralités et Ethnies.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Définition de la latéralité gaucher-droitier?
» élongation-étirement magique ?
» Les poissons de mer pour le carnassier.
» les têtes plombées généralités ,couleur, taille, personnalisation ...
» Les mammifères marins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes du Dessous :: Section RP :: Les races des Royaumes du Dessous-
Sauter vers: